AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Girls love diamonds, glitter and perfume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yelena A. Nygård
Bathory ♦ the last with pagan blood

avatar

♣ Messages : 838

MessageSujet: Girls love diamonds, glitter and perfume   Mar 21 Juin - 17:49

&

Tranquillement installée dans un fauteuil de cuir blanc, Yelena sirotait un thé vert aux herbes naturelles tandis que diverses esthéticiennes s’affairaient sur ses cheveux, sa peau, ses ongles et son maquillage. Cela faisait environ deux heures que son manager était venue la chercher chez elle afin de la conduire au salon qui était chargé de l’habiller et de la maquiller pour la soirée de lancement Givenchy où elle était attendue le soir même. La rouquine avait l’habitude de travailler avec cette prestigieuse marque de luxe depuis des années car elle avait souvent défilé en portant les vêtements de ses talentueux créateurs. Mais ce soir, c’était différent, car il n’y aurait pas de défilé. D’après ce qu’on avait bien voulu lui expliquer, Givenchy lançait une nouvelle gamme de cosmétiques et organisait une soirée pour en assurer la promotion. Pour l’occasion, la marque avait réservé un hôtel de luxe dans le quartier du Business District de Los Angeles et prévu de nombreuses animations pour ses invités qui comptaient des personnalités politiques, diverses journalistes de renoms, photographes, acteurs et mannequins. Ces dernières étaient une dizaine à être conviées et avaient toutes reçues une robe de soirée signée Givenchy avec l’instruction de la porter pour la soirée. Comme d’habitude, elles étaient là pour être charmantes, séduire les journalistes, et vendre les produits aux Américains. C’était aussi pour cette raison qu’elles avaient été conviées dans divers salons de coiffure de Los Angeles où des esthéticiennes étaient chargées de les maquiller avec la nouvelle gamme de cosmétiques Givenchy dont elles devraient vanter les mérites toutes la soirée. Mentalement, Yelena se préparait déjà à s’extasier devant la légèreté du fond de teint, la tenue du rouge à lèvre et l’intensité du mascara.

- Voilà ma belle, tu es prête !

La voix l’esthéticienne sortit Yelena de ses pensées. Elle la remercia puis releva les yeux vers la glace pour s’observer. La jeune fille avait joué avec son image de pin-up moderne en lissant ses cheveux roux sur le dessus avant de les faire légèrement boucler sur les épaules, comme dans les années 40. Au niveau du maquillage, c’était à la fois subtil et discret : un trait d’eye-liner et une ombre à paupière d’un gris rosé pour un effet naturel. Le teint était pâle à l’extrême, exempt de tout blush ou far bronzant, car il s’agissait de la marque de fabrique de la Norvégienne. Satisfaite par son maquillage, le mannequin se releva ensuite pour contempler sa tenue. Il s’agissait d’une robe noire et moulante à la coupe fuseau assez simple et dégagée sur les épaules. Sur les épaules s’attachait une sorte de chemisier d’un noir transparent sur lequel étaient brodés quelques motifs de dentelle. Un sourire amusé sur les lèvres, Yelena se fit la réflexion que les créateurs avaient toujours tendance à lui faire revêtir leurs œuvres les plus gothiques. Dans le fond, elle aimait cela, car les couleurs sombres étaient de loin celle qu’elle affectionnait le plus. La jeune femme versa quelques dollars dans la paume de son esthéticienne en guise de pourboire et eut tout juste le temps d’enfiler ses superbes chaussures aux talons vertigineux avant que son manager ne se précipite sur elle pour lui ordonner de la suivre. Par tous les Dieux, cette femme était toujours terriblement stressée, mais elle était diablement efficace lorsqu’il s’agissait d’organiser l’emploi du temps de Yelena.

La limousine ne tarda pas à se garer devant l’hôtel où la réception avait lieu et un voiturier s’empressa de venir ouvrir la porte. Un sourire ‘corporate’ sur ses lèvres, Yelena posa délicatement sa main dans celle que lui tendait l’homme et s’extirpa de la voiture avec grâce. Comme un automate, elle salua d’un signe de la main la foule de badauds et de photographes qui s’entassaient devant l’entrée de l’hôtel, derrière les barrières mises en place par la sécurité. Aveuglée par les flashs, elle devait se forcer à ne pas cligner les yeux, à ne pas avoir l’air crispée sur les centaines de clichés que l’on prenait d’elle à cet instant. Après un moment qui lui parut interminable, la main de son manager vint se placer dans son dos et Yelena entreprit de remonter le tapis rouge qui la menait à l’intérieur de l’hôtel, loin des objectifs de la foule. Là, il y avait d’autres sourires à donner, d’autres mains à serrer, d’autres personnes à flatter et à saluer dont elle n’aurait jamais connu les noms si son manager ne les lui susurrait pas à l’oreille chaque fois qu’une nouvelle personnalité s’approchait d’elle pour la complimenter sur sa tenue. Lena se demandait souvent comment cette petite femme faisait pour retenir autant de choses alors qu’elle-même en était incapable. On la dirigea ensuite face à un mur où elle posa avec le créateur et un autre mannequin pour quelques photographes et journalistes. Ce n’est qu’après cela qu’elle put enfin se diriger vers la salle des fêtes où se déroulait l’essentiel de la soirée.

La salle était déjà bien remplie et le décor était somptueux. Des femmes superbes en robe de soirée se déhanchaient aux bras d’hommes souvent trop vieux pour elles. Des acteurs sensuels flirtaient avec des mannequins de renommée internationale. Des photographes déambulaient parmi les convives pour immortaliser ces moments. Et, au milieu de toute cette agitation, se tenait un buffet des plus appétissants. Afin de pouvoir rentrer dans la robe que Givenchy lui avait fait parvenir, Yelena était au régime depuis deux semaines et n’avait rien mangé de la journée alors autant dire que la fine cuisine qui s’étalait devant elle lui faisait les yeux doux. D’une démarche assurée, elle s’éloigna de son manager et ses pas la menèrent tout naturellement vers la nourriture. L’odeur lui mettait pratiquement l’eau à la bouche, mais sa robe était tellement moulante qu’elle avait peur d’en exploser les coutures si elle ne prenait ne serais-ce qu’un de ces friands au fromage. Frustrée, la jeune femme s’empara gracieusement d’une coupe de champagne qu’elle porta à ses lèvres pour en prendre une goulée. Lorsqu’elle avait arrêté les drogues, la jeune femme avait aussi arrêté l’alcool. Elle ne s’autorisait à en prendre que lors des rares soirées mondaines telles que celles-ci, et en très petites quantité : il était hors de question qu’elle ne perde le contrôle d’elle-même comme elle avait pu le faire par le passé. Son verre à la main, elle s’éloigna légèrement du buffet pour aller s’adosser contre l’une des colonnes de marbre de la salle. Ses yeux se posèrent sur les divers convives tandis qu’elle tentait de reconnaître une tête familière. Elle finirait forcément par croiser quelqu’un qu’elle connaissait : c’était toujours le cas. Elle espérait seulement que ce moment arrive vite afin que cela puisse détourner son attention du buffet. Elle espérait aussi qu'il s'agirait d'une femme, car les hommes dont Yelena tolérait la présence étaient plutôt rares.


_________________
♠ They speak of love and tolerance, they thrive on people's ignorance, to make you all Slaves of Fear. They feed on your anxiety to build their dead society, they've kept you down for a thousand years. Your minds are restrained, obedience is the chain. They've locked you up and thrown away the key. Your souls are for sale, and you're the ones who pay but still, you'll never be set free. ♠
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/
Juliet C. Davenport
JULIET ; - Fucking Perfect !

avatar

♣ Messages : 900

MessageSujet: Re: Girls love diamonds, glitter and perfume   Mer 22 Juin - 10:15

Pour une fois et ce depuis pas mal de temps, Juliet ne passerai pas la soirée avec Noah, mais bien seule, enfin seule c'était vite dit... En effet, elle était invitée dans une soirée, une soirée qu'organisé la marque Givenchy pour sa nouvelle gamme de cosmétique. Ironie du sort, cela se passait justement dans l'hôtel de son cher et tendre, dommage, si elle voulait draguer c'était raté, bien qu'il ait surement d'autres chats à fouetter que de la surveiller. Bref, la belle brune était toute excitée par cette soirée, ça faisait un moment qu'elle n'en avait pas faite, c'était un peu de sa faute, elle l'avouait aisément, elle avait préféré passer son temps avec son nouvel amour, qui était son ancien amour... C'était compliqué, mais bon, l'important était qu'elle avait hate d'aller à cette réception, retrouver des amis sans doute et elle pourrait parler chiffon avec les filles ! L'avantage était qu'elle était déjà sur place, elle avait demandé à Noah de réserver une chambre pour deux jours, ça évitait qu'elle ait à changer d'endroit et surtout ça voulait dire qu'elle pourrait s'autoriser quelques verres alcoolisés et un voir deux rails de coke, ça faisait déjà un petit moment qu'elle n'en avait plus prit, mais elle savait déjà qu'à cette soirée, elle trouverait deux ou trois copines qui en auraient dans leurs poudriers. Mais avant tout ça, elle s'autorisa une petite sieste de quelques heures, en effet, elle ressentait une grosse fatigue ses derniers temps et elle n'était pas très en forme, elle ne voulait surtout pas passer pour un cadavre devant ses amies et devant des professionnels également, donc une sieste réparatrice lui ferait vraiment le plus grand bien. C'est vers dix-huit heures qu'elle ouvrit enfin les yeux et elle alla directement à la douche et une fois sa douche prise, elle enfila un peignoir blanc, puis quelqu'un frappa à sa porte de chambre. Quand elle ouvrit la porte, elle découvrit sa coiffeuse et sa maquilleuse, à l'heure comme toujours. Pendant près d'une heure elle passa entre les mains experte des deux jeunes femmes et une fois coiffée et maquillée, elle tenta de faire un choix entre les cinq magnifiques robes qu'on lui avait envoyées pour la soirée. Après dix minutes d'un laborieux choix, elle décida de porter la plus longue dans les tons argentés, ce qui au final lui fit ce look -j'aime bien mettre des photos xD-.

Il était déjà presque vingt-et-une heure et la soirée avait déjà commencé depuis une bonne heure, donc il faudrait peut-être que notre miss se bouge un peu les fesses ! Elle jeta un dernier coup d'oeil dans la glace, bon, elle ne se trouvait pas trop mal... Ben quoi ? Elle était peut-être mannequin, mais elle savait qu'elle avait des défauts comme tout le monde non ? Enfin, elle descendit jusqu'à la salle de réception et se mêla aux autres, saluant des gens au passage, certains qu'elle connaissait, d'autre qu'elle n'avait jamais vu de sa vie et qu'elle ne connaissait ni d'Ève, ni d'Adam. Finalement elle se posa deux minutes, devant le bar, histoire de prendre une coupe de champagne et c'est là qu'un homme, qui pourrait être son père au passage, vint lui taper causette... Lui dire qu'elle n'en avait rien à faire de sa vie pourrait paraitre impoli non ? Non, parce qu'il pouvait bien être le roi d'Angleterre c'était pareil ! Voilà le gros problème de ce genre de soirées... Les mannequins, comme elle et d'autres filles présentent ici, ne servent qu'à ça, se faire draguer par des hommes beaucoup trop vieux pour qu'ils puissent investir leur argent dans on ne sait quelle chose et c'était franchement lourd... Enfin c'était le prix à payer pour faire ce genre de carrière non ? Après tout, en échange, elle avait les plus belles robes qu'on puisse avoir, de somptueux bijoux, des gens à sa disposition vingt-quatre heures sur vingt-quatre et surtout un très beau chèque ! Alors, certes cela faisait un peu prostituée mais qu'importe ? Ce n'est pas comme si elle finissait au lit avec eux... Bon d'accord c'était déjà arrivé de temps en temps, l'alcool et la drogue aidant, la tête claire, jamais elle n'aurait fait ça ! Enfin bref, ce n'est pas qu'elle s'ennuyait... En fait si. Donc, tout en faisant semblant de rire aux blagues vraiment nulles de monsieur plein aux as, elle regarda autour d'elle à la recherche d'une tête connue et oh miracle, elle tomba sur une connaissance... Pas sa préférée, mais bon, elle ferait avec, ce serait toujours mieux que ce vieux machin. La connaissance en question était une jeune femme répondant au doux prénom de Yelena, elles ne se connaissaient que très peu, d'ailleurs, elle n'avait jamais aimé comment la belle se droguait, mais maintenant qu'elle faisait pareil, leur relation aura peut-être évoluée et comme cette dernière était aussi au buffet, autant en profiter pour tester ça et se débarrasser du pervers par la même occasion. « Excusez-moi, j'ai quelqu'un à voir... » Elle lui fit un magnifique sourire bien focus, avant de se retourner et de faire quelques pas en direction de Yel, une fois près d'elle, elle engagea la conversation : « Salut... » Puis elle ajouta à voix basse, histoire que l'autre ne l'entende pas : « Je sais bien que toi et moi, ça n'a jamais été le grand amour, mais je t'en supplie sauve moi de ce crétin ! » Oui c'était bien un appel à l'aide xD.

_________________

    ❒Single ❒Taken ✔ Regularly fucking with Noah T. Williams
    ROMÉO & JULIET ♥️ Je hais ta façon de me parler et la couleur de tes cheveux. Je hais ta façon de conduire et de me regarder dans les yeux. Je hais tes stupides bottes d’armée et ce que tu devines en moi. Je te hais au point d’en crever et même de te tuer parfois. Je hais ta façon d’avoir raison, tes histoires inventées. Je te hais quand tu me fais rire, d’avantage quand tu me fais pleurer. Je te hais quand tu n’es pas là et que tu es dieu sait où. Mais je hais surtout de ne pas te haïr, ni un seul instant, ni une seule minute, ni même du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena A. Nygård
Bathory ♦ the last with pagan blood

avatar

♣ Messages : 838

MessageSujet: Re: Girls love diamonds, glitter and perfume   Jeu 23 Juin - 10:11

Les mains délicatement resserrées autour de sa coupe de champagne, Yelena observait silencieusement les convives, un sourire appréciateur flottant sur ses lèvres alors que ses yeux se posaient sur deux superbes mannequins qui discutaient à une table non loin de l’endroit où elle se trouvait. Elle se dit qu’elle faisait certainement le plus beau métier du monde : elle était payée une fortune pour faire la potiche à des évènements où étaient rassemblées les plus belles femmes du pays. Quand on savait que notre Norvégienne n’était pas du tout attirée par les hommes, on comprenait aisément pourquoi cette éventualité la ravissait. Portant la coupe à ses lèvres violines, la rouquine se dit qu’elle aimerait bien se faire aborder par une de ces jolies demoiselles plutôt que par un millionnaire croulant. Au moment où cette pensée lui traversait l’esprit, une jolie voix féminine résonna à ses oreilles. Aux anges, Yelena tourna la tête dans la direction de la demoiselle et sa bouche s’entre-ouvrit de surprise alors qu’elle reconnut la belle Juliet. La rouquine eut à peine le temps d’assimiler le fait que cette ancienne connaissance se trouvait à ses côtés que cette dernière ajouta rapidement à voix basse que malgré leurs relations assez tendues, elle avait besoin d’elle pour la sauver d’un abruti. Tendues, c’était un euphémisme. Comme souvent dans ce milieu, les relations entre femmes étaient ponctuées par la jalousie et la crainte de se retrouver face à plus belle, plus jeune ou plus mince que soit même. Lorsqu’elle avait rencontré Juliet deux années plus tôt, Yelena avait été frappée par sa beauté, et sa candide attitude de fille respectable qui ne prenait pas de drogues et plaisait à tous les photographes. Pendant des semaines, elle avait nourrit une haine plutôt violente envers Juliet et n’avait pas lésiné sur les remarques déplacées à son égard, se comportant comme une gamine égoïste et hautaine chaque fois qu’elle avait l’occasion d’échanger quelques mots avec elle. Jusqu’au jour où Juliet avait fait un malaise pendant un défilé, et où Yelena avait ressenti le besoin de rester auprès d’elle, parce qu’elle avait lu dans les magnifiques yeux de son ennemi un éclair de détresse. Aujourd’hui, cette même sorte d’éclat brillait dans les prunelles de la belle alors qu’elle lui demandait de la débarrasser d’un type un peu trop collant. Un sourire aux lèvres, La Norvégienne se pencha légèrement pour jeter un coup d’œil au type en question. IL n’était pas tout jeune, les tempes grisonnantes, et semblait s’être baigné dans son eau de toilette. Typiquement le genre d’individus qui dégoûtaient Yelena. Elle ne pouvait pas abandonner Juliet à cet individu.

« Juliet quelle surprise ! »

S’exclama-t-elle donc à retardement, un magnifique sourire étirant ses traits. Se faisant l’effet d’un super héro endossant sa cape rouge, la jeune femme se pencha vers la belle Américaine pour la serrer contre elle, comme si elles étaient d’excellentes amies qui s’étaient perdues de vues depuis des années. Après tout, elles s’étaient réellement perdues de vue.

« Je ne m’attendais vraiment pas à te voir ici ! J’ai l’impression que la dernière fois que je t’ai vue remonte à une éternité… »

Et c’était aussi la vérité. Yelena ne se souvenait que trop bien de ce moment, et des gros titres dans la presse qui avaient suivi le malaise de Juliet. Elle avait voulu l’appeler pour prendre de ses nouvelles mais ne savait pas comment. Elle avait eu peur de déranger Juliet ou de remuer le couteau dans la plaie en lui disant à quel point elle était désolée d’apprendre ce qui lui était arrivé. Dans sa culture Norvégienne, l’intimité est à respecter, et les sentiments sont difficiles à exprimer. Yelena ne faisait pas exception. Mais maintenant que la jolie mannequin se trouvait en face d’elle, elle n’avait plus d’excuse et voyait ce coup du destin comme le moyen de reprendre contact avec elle, chose qu’elle avait voulu faire depuis son retour à Los Angeles, quand elle avait appris que Juliet était tombée dans les drogues. C’est donc tout naturellement qu’elle posa une main sur son épaule pour l’éloigner du buffet, et du type qu’elle cherchait à fuir.

« Viens donc à ma table, il faut absolument qu’on rattrape le temps perdu ! » Claironna-t-elle de façon à ce que l’homme l’entende. Puis, à voix basse, elle ajouta : « En espérant qu’il n’ait pas la bonne idée de nous suivre… »

Heureusement, le type sembla passer ses nerfs sur le buffet et Yelena le vit se remplir une petite assiette du coin de l’œil. Enfoiré, ne put-elle s’empêcher de jurer mentalement alors que son propre estomac criait famine. Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver une table libre et elle tira une chaise pour que Juliet s’y installe avant de prendre place en face d’elle. Elle la regarde un instant, un sourire léger aux lèvres, puis l’étrangeté de la situation eut raison d’elle, et elle laissa échapper un petit rire cristallin.

« Normalement, ces soirées ennuyantes sont aussi extrêmement prévisible. Je peux honnêtement dire que ce n’est pas le cas de celle-là. »

Plaisanta-t-elle dans son accent si particulier, un mélange d’Anglais britannique aux intonations Russes et Norvégiennes. Un sourire mutin sur ses lèvres, elle leva son verre pour trinquer à leur petite mascarade puis prit une gorgée avant de le reposer.


_________________
♠ They speak of love and tolerance, they thrive on people's ignorance, to make you all Slaves of Fear. They feed on your anxiety to build their dead society, they've kept you down for a thousand years. Your minds are restrained, obedience is the chain. They've locked you up and thrown away the key. Your souls are for sale, and you're the ones who pay but still, you'll never be set free. ♠
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/
Juliet C. Davenport
JULIET ; - Fucking Perfect !

avatar

♣ Messages : 900

MessageSujet: Re: Girls love diamonds, glitter and perfume   Lun 27 Juin - 6:49

La belle était donc arrivée à la réception, vêtu d'une très belle robe qui aurait son effet à coup sûr... Il faut dire que lors de ce genre de fête, les filles étaient toutes plus belles les unes que les autres pour faire le maximum d'effet. De plus, elles étaient quasiment toutes mannequins et il se pourrait qu'elle tape dans l'oeil de telle ou telle personne importante et qu'il l'engage pour un contrat juteux... Sait-on jamais, des fois, il n'y avait pas que des pervers et des nymphomanes, il y avait aussi des gens qui pouvaient vous faire bosser... Et il y avait aussi des gens qui pouvaient vous faire bosser en échange d'une partie de jambes en l'air, mais bon, c'était une autre histoire ! En tout cas, Juliet avait déjà eu le cas de figure, plusieurs fois même; où des personnes l'avaient embauché lors d'une soirée comme celle-ci, c'est bien pour ça qu'il fallait se vendre ! Mais ce soir, apparemment, elle n'eut pas de chances. En effet, à peine arrivé au buffet, qu'un homme, d'un certain âge vint l'aborder, mais ce dernier ne l'abordait pas pour du boulot, les gros dragueurs libidineux, elle les sentait venir à des kilomètres et celui-là avait toutes les caractéristiques du winner... Des loosers. La poisse, elle n'avait rien fait au monde pour mériter ça non ? Le pire dans tout cela ? Garder son calme. Effectivement, de temps à autre, pour ne pas dire souvent, ils avaient tendance à prendre les mannequins qui venaient dans ce genre de reception, pour des filles faciles ou des escorts-girls au choix. Alors, qu'à la base, elle n'était là que pour rendre la soirée moins "soporifique" point. Surement pas pour coucher avec des hommes beaucoup trop vieux pour elles qui avaient l'âge d'être leur père ! Mais bon, apparemment, ils n'étaient pas au courant ou plutôt faisait semblant de ne pas l'être, comme on dit "sur un malentendu ça peut marcher"... Ben le pauvre, il n'avait pas choisi le bon numéro ce soir, même si certains soirs, elle se serait laissé tenter -et encore pas avec ce genre d'individu-, maintenant, elle était en couple et elle n'avait plus le droit à l'erreur, elle était bien trop accrochée à son beau brun pour ça. Et puis, c'était justement l'hôtel de son homme, ça ferait mauvais genre de draguer ou autre ici non ?

Juliet parla donc quelques minutes avec cet homme, sinon ça aurait fait mauvais genre, après tout, elle était, aussi, un peu là pour ça. Puis, elle chercha une parade, il fallait qu'elle s'esquive, gentiment, sans attirer l'attention, en gros sans qu'on lise sur son front "mais putain dégage espèce de gros lourdingue !". Non, mais ce n'était pas un exercice évident, surtout quand on connait le caractère impulsif de Jules, une soirée en boite par exemple, un mec comme ça vient la voir, elle le dégage en deux secondes et sans la moindre once de tact... Mais là, c'était pour le boulot, elle ne voulait pas être grillée à cause de ça. Du coup, le tact était de mise et elle devait faire un effort surhumain pour se contrôler. Finalement, une jeune femme à la chevelure incendiaire était là, juste à côté d'elle. Cette jeune femme, n'avait pas toujours été son amie, cela dit, elle n'était pas non plus son ennemie et cela faisait bien deux bonnes années, qu'elle ne l'avait pas revue, peut-être qu'elle pouvait lui demander un coup-de-main, en espérant, qu'elle ait pitié d'elle ! La belle brune s'excusa auprès de son "boulet" et se dirigea vers Yelena, une fois près d'elle, elle la supplia de l'aider... Heureusement, la jolie jeune femme vint à son secours et elle entra dans son jeu. Merci mon dieu ou merci Yel' au choix ! Puis la jolie rousse lui demanda de venir à sa table et ajouta à voix basse, qu'elle espérait qu'il ne les suit pas... « Allons-y, je suis tout à fait d'accord, il faut qu'on rattrape le temps perdu ! » Puis elle ajouta plus bas : « Et je suis d'accord avec le reste, s'il nous suit, je crois que je vais être beaucoup moins gentille... » Mais heureusement pour elle, le buffet semblait avoir les faveurs du gros lard et elles étaient -pour l'instant toujours- en paix. En espérant que cela continue. La belle s'installa à la table, Yelena lui tirant une chaise -c'était mignon ça xD- et elle prit place en face d'elle. Elle ria un peu, de son joli rire cristallin, quand elle lui disait que ce genre de soirée est très ennuyeuse et prévisible, mais que pour une fois ça n'était pas le cas. La jeune femme lui répondit : « Tu riras moins s'il a la bonne idée d'amener un ami, plus tard dans la soirée, en se disant qu'on pourrait se faire un plan tous les quatre. » On rit, on rit, mais si cela arrive, on rira beaucoup moins ! En plus dans ses souvenirs, Yelena était du genre... A ne pas aimer les hommes justement. Donc la situation serait assez comique... N'est-ce pas ?

_________________

    ❒Single ❒Taken ✔ Regularly fucking with Noah T. Williams
    ROMÉO & JULIET ♥️ Je hais ta façon de me parler et la couleur de tes cheveux. Je hais ta façon de conduire et de me regarder dans les yeux. Je hais tes stupides bottes d’armée et ce que tu devines en moi. Je te hais au point d’en crever et même de te tuer parfois. Je hais ta façon d’avoir raison, tes histoires inventées. Je te hais quand tu me fais rire, d’avantage quand tu me fais pleurer. Je te hais quand tu n’es pas là et que tu es dieu sait où. Mais je hais surtout de ne pas te haïr, ni un seul instant, ni une seule minute, ni même du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena A. Nygård
Bathory ♦ the last with pagan blood

avatar

♣ Messages : 838

MessageSujet: Re: Girls love diamonds, glitter and perfume   Mer 29 Juin - 14:27

Alors qu’elle s’asseyait à la table, Yelena jeta un coup d’œil derrière elle pour vérifier que le type qu’elle cherchait à fuir ne les avait pas suivies. L’air légèrement dépité, il se tenait toujours près du buffet et la rouquine était prête à parier qu’il cherchait déjà sa prochaine victime. Elle avait horreur des types comme ça qui se faisaient inviter à ce genre de soirée pour faire leurs courses. Peu importait s’ils étaient âgés, gras et inintéressants, ils avaient de l’argent, et dans le milieu de la mode, ça leur ouvrait toutes les portes. L’expression « comment repérer un homme riche ? » prenait alors tout son sens. Il suffisait de jeter un coup d’œil à la fille qui se trouvait à son bras. Lorsqu’elles approchaient la trentaine, nombreuses étaient les mannequins qui se jetaient dans les bras de ces types. Leur plus grande peur : vieillir, et ne plus intéresser personne. Elles voyaient leurs contrats diminuer et redoutaient le moment où elles ne pourraient plus mener le même style de vie. Alors elles étaient tout bonnement prêtes à se vendre à un chef d’entreprise ou politicien fortuné qui les pourrirait de joyaux et de robes de designers tant qu’ils pourraient s’afficher fièrement à leurs côtés. Yelena avait du mal à ne pas voir ce geste comme de la prostitution, et elle méprisait autant ces femmes sans respect et les hommes qui abusaient de leur soif d’argent et de reconnaissance. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’elle s’était inscrite à la fac. Elle voulait se cultiver afin de pouvoir faire autre chose de sa vie quand la mode l’estimerait trop vieille et bonne à rien. Elle se disait qu’elle pourrait encore se tourner vers le cinéma, mais la Norvégienne savait que son accent serait une barrière, et que les mannequins réussissant à devenir des actrices reconnues se comptaient sur les doigts d’une main.

Les deux femmes trinquèrent à leur petite victoire personnelle et Juliet lui fit remarquer qu’elle rigolerait certainement beaucoup moins si le type en question décidait de revenir accompagné d’un ami pour proposer un plan à quatre. Ça, c’était le moins qu’on puisse dire. Ce n’était pas vraiment l’idée d’une expérience à plusieurs qui la rebutait. Même si elle préférait le sexe à deux, il était déjà arrivé à Yelena de faire l’amour à plusieurs femmes. Mais jamais à des hommes. En plus de dédaigner l’attitude dégradante de ce genre de types, la Norvégienne avait un problème avec le sexe masculin tout court. Un petit rictus pris place sur ses lèvres alors qu’elle reposait son verre sur la table.

« Espérons que cette idée ne lui traverse pas l’esprit parce que je ne sais pas toi, mais j’estime pouvoir faire mieux que lui… »

Plaisanta-t-elle. Ce n’est qu’au moment où sa phrase s’échappait de ses lèvres qu’elle réalisa ce qu’elle sous entendait. Aussitôt, sa bonne humeur revint, et elle ne put réprimer un éclat de rire.

« Excuses-moi, c’était horriblement prétentieux. » Ajouta-t-elle rapidement tout en agitant légèrement sa main droite pour souligner ses propos. « Mais j’ai vraiment beaucoup de mal à me comporter comme une call girl de luxe dans ce genre de soirées mondaines, j’estime que nous valons mieux que d’être traitées comme du bétail. »

Encore que Yelena militait pour la protection des animaux et souhaitait que les hommes traitent le bétail avec plus de respect justement, mais c’était un tout autre débat qu’elle éviterait de lancer ici. En fait, elle voulait plutôt parler de Juliet. Sa compagne était ravissante et ses yeux pétillaient. En fait, Yelena n’aurait jamais deviné qu’elle se droguait si elle ne l’avait pas entendu dire par une connaissance qu’elles avaient en commun. Son corps parfait était mis en valeur dans une magnifique robe que peu de femmes pourraient de vanter de bien porter. La rouquine ne savait pas trop combien de temps elle était restée là à la dévisager, alors elle se décida qu’il était temps de reprendre la parole afin d’éviter de passer pour une folle furieuse.

« Tu es absolument radieuse Juliet. » Sortit-elle légèrement hors de propos. « Est-ce que je peux te demander quel est ton secret ? »

Question à double tranchant. Elle était assez ouverte pour que Juliet épilogue sur ses réels secrets de beauté physique ou bien pour qu’elle décide de s’aventurer sur un terrain plus personnel mais aussi plus glissant. Dans le fond, c’était ce que Yelena espérait, car si elle ne savait pas comment amener le sujet des drogues avec Juliet, elle s’était promit de lui faire comprendre que ces petites pilules n’étaient pas la solution aux problèmes qu’elle pouvait rencontrer.


_________________
♠ They speak of love and tolerance, they thrive on people's ignorance, to make you all Slaves of Fear. They feed on your anxiety to build their dead society, they've kept you down for a thousand years. Your minds are restrained, obedience is the chain. They've locked you up and thrown away the key. Your souls are for sale, and you're the ones who pay but still, you'll never be set free. ♠
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Girls love diamonds, glitter and perfume   

Revenir en haut Aller en bas
 

Girls love diamonds, glitter and perfume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✿ Californian Dream :: Los Angeles City :: Downtown LA :: Business District-