AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're my little dark dynamite ♪ | Georgia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

♣ Messages : 34

MessageSujet: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 1:20


What if I were smiling and running into your arms? Would you see then what I see now?

Georgia Emily Churchill

Georgia Churchill ♣ Née le 23 avril 1990 à la Nouvelle-Orléans en Louisiane ♣ Hétérosexuelle ♣ Maîtresse/célibataire ♣ Étudiante en médecine ♣ You're All I need ♣ Scénario [] Inventé [X] ♣ Kristen Stewart ♣ kstewbitchface


Franche ♣️ Généreuse ♣️ Travaillante ♣️ Fidèle en amitié ♣️ Naïve ♣️ Têtue ♣️ Agressive ♣️ Cynique
« De nature joviale et extravertie, Goergia aime être avec les gens, mais elle a beaucoup de difficulté à se faire dire quoi faire. Elle accepte très mal les conseils, aussi bosn peuvent-ils être, parce qu'elle est entêtée à réussir tout ce qu'elle entreprends toute seule. Elle est aussi très orgueilleuse, mais cela ne l'empêche pas de faire bien des choses par amour. Après avoir failli perdre sa meilleure amie parce qu'elle lui avait caché des choses, Georgia s'est rendu compte qu'il n'y a rien de mieux dans la vie que des amis. Fidèle en amitié et plus que loyale, c'est une personne sur qui on peut compter pour être là pour vous écouter et vous conseiller, mais n'essayez pas de lui rendre la pareille, elle n'a pas besoin de cela et elle ne se gênera pas pour le dire, car elle est très franche. Par contre, en amour, elle est un peu plus volage. Présentement la maitresse d'un homme marié depuis trois ans, et aussi son professeur de philosophie, Georgia n'hésite pas à avoir quelques aventures, mais son coeur appartient à son amant, pour l'instant. Drôle et attachante, c'est difficile de détester Georgia, mais elle n'a pas d difficulté à vous le faire subir, parce qu'elle a la colère facile, et la rancune facile aussi. Parfois bougon, mais surtout très expressive, il lui arrive de temps à autres d'être submergée par ses émotions, et alors, elle perds tout ses moyens et ne sait plus comment agir en être humain normal. Georgia n'est pas une personne très violente de prime abord, mais elle n,hésite pas à distribuer coups de poings, morsures et griffures quand il le faut. C'est une vraie tigresse qui protège son passé et ses sentiments très jalousement. D'ailleurs, un autre de ses gros défauts : elle est excessivement jalouse. Elle peut être infidèle, mais elle exige de toutes ses fréquentations qu'elles ne soietn dévouées qu'à elle et elle seule. Elle n'aime pas du tout partager ses amis non plus, mais elle est plus ouverte à l'idée de s'en faire de nouveau, alors ça passe mieux.

Peu importe ce qu'on dira d'elle, Georgia Churchill est tout un personnage, haut en couleurs, mais ses bons côtés valent la peine d'essuyer ses sarcasmes et son cynisme parfois agaçant. Elle gagne à être percée à jour, mais elle l'ignore.

→ Georgia est très sensible et il lui arrive souvent d'avoir les larmes aux yeux, mais elle ne va jamais vraiment pleurer en public. Elle a de la difficulté à contrôler ses émotions, mais surtout à les exprimer, alors elle est perpétuellement frustrée et ça la rend parfois agressive.
→ Quand elle est très attentive vis-à-vis de quelqu'un, elle va se mordre la lèvre inférieure et le regarder intensément, sans ciller du regard. Par contre, elle déteste regarder les gens dans les yeux et fuis toujours leurs regards.
→ De prime abord sociable et enjouée, Georgia cache très bien ses dilemmes intérieurs tels qu'on les retrouve dans son histoire, et n'avouerait jamais à quel point elle envie ceux et celles qui vivent heureux et paisiblement, surtout les couples qui s'affichent.
→ S'il y a une chose qu'elle déteste, c'est d'être prise en pitié : elle assume pleinement les choix qu'elle a fait et fait toujours front devant les conflits qui règnent sur sa vie, elle n'a jamais courbé l'échine et ne supporte pas l'autorité.
→ Quand elle rit, tout son visage s'illumine et elle est resplendissante, c'est le moment où elle laisse tomber son masque de rebelle, mais ça n'arrive pas très souvent.
→ Elle avait arrêté de fumer pour sa santé, mais depuis que ses problèmes avec son amant ont recommencé, elle se fous de s'intoxiquer et cela crée encore des tensions entre eux.
→ Secrètement, elle rêve que quelqu'un lui prenne la main et lui dise que tout va bien, qu'elle n'a rien fait pour mériter cela, mais jamais elle n'accepterait telle chose de quelqu'un, son orgueil est ce qui la détruira. » ©️ marley smith.



PROLOGUE

Si la Nouvelle-Orléans est la destination numéro un pour un week-end entre amis, elle n'est certainement pas la ville que des parents choisiraient pour élever leurs enfants. C'est pourtant là que la famille Churchill a décidé de s'installer, en 1985, avec leur deux premiers enfants, des jumeaux : Timothy et Caroline. Habitant un des quartiers tranquille du Garden District, Sebastian Churchill enseignait à l'université de Tulane et Holly Xavier, désormais Churchill, à l'université de Loyola. Il faut dire qu'ils faisaient une bonne vie ; lui était professeur de droit et elle d'histoire de l'art. Les jumeaux Churchill avaient huit ans et ils adoraient la nouvelle ville, pleine de couleur et de gens tous plus différents les uns que les autres, la petite famille n'aurait pas dû s'agrandir. Sebastian et Holly ne voulaient pas d'un troisième enfant, déjà rendus à 40 ans et des poussières, ils aimaient leur deux enfants et trouvaient que c'était bien assez. Pour être certains de ne pas avoir « d'accident », lui accepta d'avoir une vasectomie. Quand elle tomba enceinte malgré tout, leur mariage battit de l'aile, et faillit se rompre : elle avait eu une aventure.

C'est en pleine procédure de divorce que Georgia est née, trois mois avant terme. Sebastian, tout aussi blessé qu'il soit, a conduit Holly à l'hôpital et de là, il comptait la laisser accoucher toute seule, peu désireux de voir naître l'enfant d'un autre. Le destin en a décidé autrement, toutefois, parce que Holly a eu des complications ; le bébé avait le cordon ombilical enroulé autour du cou. Elle a supplié son futur ex-mari de rester avec elle, et comme il avait aimé cette femme pendant plus de vingt-cinq ans, il a accepté. Au fond, il l'aimait encore, mais elle l'avait trop blessé pour qu'il puisse continuer de faire semblant, de vivre avec elle comme si tout était normal. Le supplice dura douze heures. À bout de forces, Holly ne cessait de s'excuser auprès de son mari, l'implorant de ne pas signer les papiers du divorce, lui jurant par tous les Dieux que si elle s'en sortait, elle trouverait le moyen de se racheter. En l'entendant parler aussi fatalement, Sebastian retrouva toute sa tête : il se foutait bien que le bébé soit d'un autre, c'était de sa femme dont il était question, l'amour de sa vie. Soit, elle avait fait une erreur, mais elle n'allait pas en mourir! Il s'insurgea contre elle, lui jura de la garder, de déchirer dès le lendemain les papiers de divorce, pourvu qu'elle tienne bon. Mais Holly savait que sa vie ne tenait qu'à un fil ; épuisée et ayant perdu beaucoup de sang, c'était soit elle, soit le bébé. Il faut comprendre la décision de Holly de garder le bébé, malgré les conflits que cela apportait dans son couple : elle ne pouvait pas se résoudre à tuer un enfant, même à l'état de foetus. Ça n'avait été qu'une histoire d'un soir, une tentation trop grande, et le père de cet enfant était parti depuis longtemps, mais elle savait qu'elle allait aller jusqu'à terme. Elle était prête à perdre la vie pour donner une chance à ce bébé, au grand dam de son mari. Ce dernier ne sut jamais rien de l'amant de sa femme, sinon qu'il était partit deux jours après leur aventure, pour ne plus jamais revenir.

Au bout de quatorze heures de labeur, le coeur à bout de Holly cessa de battre. La petite fille, qui avait sérieusement manqué d'air à cause de sa position dangereuse, reposait dans un incubateur, branchée de partout et son petit corps à peine agité. Elle ne pleurait pas et on craignait pour sa vie. Quand Holly décéda, Sebastian ne put se résoudre à aller voir l'enfant qui avait tué sa femme adorée, à qui il avait tout pardonné dans ses dernières heures, à qui il avait répété des douzaine de fois combien il l'aimait. Vers la fin, cependant, Holly lui avait arraché une dernière promesse : qu'il élèverait son petit bébé comme si c'était sa propre fille. Elle avait choisi ses prénoms : Georgia Emily. Le premier, comme la mère de Sebastian, qui était très proche de son fils et qui adorait sa brue, et le deuxième, comme sa mère à elle, qui était morte d'un cancer quelques années auparavant. Il fallut trois jours à la petite Georgia pour être tirée du pétrin, mais les médecins étaient confiants : elle n'aurait pas de séquelles permanentes. Sebastian ne se résolut à aller la voir qu'au bout de cinq, mais il avait promis à sa femme, et il n'était pas homme qui brise ses promesses. Il la ramena à la maison, où les jumeaux étaient restés en compagnie de leur grand-mère. Sebastian leur avait appris la mort de leur mère le jour d'après, et ils étaient en train de la pleurer quand il a ramené leur demi-soeur. Leur réaction était remplie de chagrin, et ils ont mené à la vie dur à la nouvelle arrivante. Ils savaient, à leur âge, que ce n'était pas la fille de leur père, et puis, elle était bien trop différente d'eux : ils avaient ses cheveux blonds et ses yeux clairs, elle avait un duvet foncé et ses yeux bleus foncés prédisaient un regard plus sombre. Elle était le portrait craché de leur mère, et ça augmentait leur hargne envers elle parce qu'elle leur rappelait inccessament son absence.

CHAPITRE 1 : se battre pour être heureuse

« PAPAAAAAA! » un cri strident réveilla Sebastian en sursaut, vautré sur le canapé, la télécommande de la télé dans la main. Il regarda distraitement sa montre : 23h17. Puis, il se souvint du cri et sauta sur ses pieds. Il dévala le corridor et poussa la porte de la chambre de Georgia, déjà ouvert. Sur le coup, il ne trouva pas cela étrange, mais quand il arriva près du petit lit à montant de la fillette, il comprit. Ses couvertures étaient pleines de terre, elle en avait partout sur le visage et se frottait les yeux en pleurant. Elle allait hurler encore quand elle l'aperçut, debout près d'elle. Aussitôt, son chagrin s'apaisa et elle tendit ses petits bras menus vers lui. Il la cueillit dans ses bras en soupirant ; les jumeaux avaient encore frappés. Ses deux enfants ne reculaient devant rien pour saboter la vie de la petite fille d'à peine un an. Ils ne s'étaient jamais remis de la mort de leur mère et tenaient Georgia pour responsable. Elle ne pouvait pas se défendre, alors il ne lui restait plus qu'à ramasser les pots cassés, et à gronder ses deux autres enfants pour ce qu'ils faisaient. Nichée dans son cou, la petite se laissa porter jusqu'à la salle de bain, en face de sa chambre, et tout en sanglotant, elle se laissa déshabiller. Sebastian la fit glisser dans le bain, lava ses cheveux emmêlés de terre et lui parla doucement pour calmer ses larmes. Au bout d'un quart d'heure, elle était toute propre et elle avait cessé de pleurer. Comme il savait qu'elle ne pourrait pas retourner dormir dans sa chambre parce que son lit était trop souillé, il la prit avec lui et en attendant qu'elle s'endorme, il retourna dans le salon.

Là, le visage enfoui dans son torse nu, les yeux encore humides de larmes, Georgia lui posa la même question qu'elle lui posait chaque fois : « Pou'quoi Timo et Ca'o méchants? ». Et comme chaque fois, Sebastian haussa les épaules et répondit : « Je ne sais pas ma belle. Ils s'ennuient de leur maman, c'est tout. » Alors, la petite fille hochait docilement la tête et s'endormait, lovée contre celui qu'elle allait toujours appeler Papa, même s'ils n'avaient aucun liens de sang. Sebastian s'endormit avec elle dans les bras, et se fut sa mère, qui habitait avec eux pour l'aider avec la petite, qui le réveilla. Elle lui dit d'aller se recoucher en haut, qu'elle s'occupait de Georgia. C'était la seule personne dans la maison qui traitait l'enfant comme une enfant normale ; lui s'accrochait à elle comme étant le dernier vestige de la femme de sa vie, les jumeaux la détestaient de toute leur douleur. La soulevant délicatement, la vieille dame s'installa dans sa chaise berçante et tapota les fesses de la petite qui dormait à poings fermés. Quand Timothy et Caroline descendirent, en voyant la fillette endormie dans les bras de leur grand-mère, ils se mirent en devoir de faire le plus de bruit possible, malgré les avertissements silencieux de la femme. En quelques minutes, Georgia fut réveillée, et son calvaire recommença. Chaque fois qu'ils en avaient l'occasion, soit l'un ou l'autre allait pincer, pousser, griffer voir même mordre l'enfant. Quand elle était dans sa chaise haute, ils lui tordaient les orteils en cachette. Une fois, Timothy avait même poussé la chaise en entier, mais Sebastian l'avait rattrapé avant qu'elle ne tombe, manquant d'écraser Georgia. Ce dernier ne savait plus quoi faire pour contenir ses enfants qui, à chaque punition, redoublait d'ardeur et de ruse pour faire mal à Georgia.

Ce n'était pas pour autant, toutefois, que la petite les détestait. Au contraire, elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour se faire aimer d'eux : elle leur faisait des dessins ; ils les déchiraient sous ses yeux, elle voulait leur faire un câlin ; ils la rejetaient brusquement. La vie était un véritable champ de bataille pour Georgia, mais elle gardait toujours son grand sourire avec ses petites dents, et elle bataillait pour être heureuse malgré tout. La situation aussi haineuse dura deux ans, puis les jumeaux entrèrent au lycée et tout changea pour eux. Timothy fit l'équipe de basketball, Caroline rejoignit l'équipe de hockey féminin, et Sebastian se retrouva la majorité du temps seul à la maison avec sa mère et Georgia. Cette dernière démontrait une intelligence précoce, et elle apprenait très vite, surtout avec un environnement qui était passé de hostile et presque dangereux à calme et serein. Sans les jumeaux dans le décor, qui étaient trop heureux de pouvoir quitter la maison qui recelait de souvenirs de leur mère, Georgia n'avait plus à surveiller ses arrières, et elle se développa mentalement de manière phénoménale durant les 4 ans de lycée. Puis, ce fut l'université pour les deux et Sebastian ne revit plus ses deux enfants qu'aux grandes vacances, et encore. Timothy partit à Los Angeles et Caroline l'y suivit la première année, pour ensuite s'en aller à l'université du Mississipi. Ils avaient vingt-trois ans quand ils durent revenir en panique à la Nouvelle-Orléans : leur père venait d'être tué.

CHAPITRE DEUX : une petite vie chamboulée

Tout s'était passé sans que personne ne puisse l'arrêter : alors qu'ils étaient à la banque, au centre-ville, deux voleurs armés étaient entrés et avaient séquestré tout le monde. Alors âgée de 12 ans depuis peu, Georgia ne comprenait pas vraiment, mais elle était terrifiée, et elle ne cessait pas de crier et de pleurer. L'un des deux voleurs, plein de crack, le menaça de son shotgun de se taire, mais cela ne fit que redoubler la terreur de l'enfant qui se remis à crier et pleurer plus fort. Pour la faire taire une bonne fois pour toute, l'homme la tira par les cheveux, au centre de la pièce, et la garda près de lui. Il visait la tête de son père et lui jura de le tirer si elle n'arrêtait pas de pleurer. Mais à ce stade-là, Georgia ne contrôlait plus ses sanglots, qui s'étaient transformés en hoquets de peur. Elle essaya de retenir ses larmes, mais son corps entiers tremblaient sous les émotions ravageuses. Alors, l'homme leva son fusil, et dans un bruit assourdissant, il tira. Georgia hurla à s'en casser la voix et se foutant bien de se faire tirer elle aussi, elle se jeta sur son père, dont le visage était troué de chevrotine. Une acclamation d'horreur ponctua ce meurtre perpétré de sang-froid, mais quelques secondes plus tard, une escouade de police défonçait la porte en hurlant et en lançant des bombes lacrymogènes. Georgia se balançait d'avant en arrière, à moitié couchée sur son père, son seul parent qui lui restait. Elle bafouillait des excuses parmis ses larmes qui ne cessaient de couler, et son visage était figé dans une expression d'horreur et de culpabilité qui tordait ses traits. Pour toujours, l'image de son père, à genoux à quelques mètres d'elle, les yeux rivés sur elle et plein d'eau, allait la hanter. Elle avait tué son père. C'était tout ce qu'elle arrivait à penser : elle n'avait pas arrêté de crier, alors elle avait tué son père.

Quand les jumeaux débarquèrent, Georgia s'attendait à ce qu'ils la tiennent responsable du meurtre de leur père, tout comme ils l'avaient fait de la mort de leur mère. Caroline arriva la première, et en voyant le petit corps frêle de Georgia, replié sur lui-même dans son lit d'hôpital, elle se précipita sur la petite et la serra très fort dans ses bras. Pour Georgia, ce simple geste d'Affection, qu'elle avait attendu toute sa vie, lui sembla dérisoire et injuste. Elle avait tué leur père, elle ne méritait pas de leur amour, pas maintenant. Elle aurait voulu qu'ils la détestent, qu'ils l'approuvent dans sa culpabilité, qu'ils animent sa rancune envers elle-même. Mais non, parce que quand Timothy arriva, lui aussi la prit dans ses bras. Il refusa même qu'elle touche le sol, aussi grande soit-elle rendue. Elle était dans une sorte d'état post-traumatique et si ses méninges fonctionnaient à toute vitesse, elle n'arrivait pas à réagir normalement. Elle était hagarde, ses yeux étaient vides sauf pour les reproches qu'elle s'adressait silencieusement. À tous les jours, depuis ce qu'ils appelaient « l'accident », elle se rendait dans le bureau de la psychologue, mais elle ne parlait jamais. C'était la nuit que tout semblait prendre vie chez elle ; sa voix, ses bras et jambes, mais ses larmes surtout. Elle faisait d'horribles cauchemars, où elle tirait elle-même sur son père, où son père revenait la voir, le visage déchiqueté par le plomb et l'accusait de son meurtre, où c'était son procès, pour l'assassinat de son père, où les jumeaux lui faisaient revivre le calvaire de son enfance. Alors, durant ces moments, elle hurlait. Elle ne se réveillait pas tout le temps, mais elle hurlait et refusait d'être maîtrisée ; elle donnait des coups de pieds et poings, si bien qu'au tournant de la troisième nuit, les infirmières devaient l'attacher à ses montants de lit autrement, elle se blessait elle-même dans son sommeil. Le plus souvent, elle se griffait le visage en pleurant et en criant « Je l'ai tué! » la voix pleine de remords et de souffrance.

Timothy et Caroline étaient impuissants face à la douleur de leur petite soeur. Ils savaient qu'ils avaient merdé quand elle était bébé, mais à l'époque ils n'étaient que des gamins eux aussi, et ils n'avaient pas su comment réagir autrement, pour se soigner de la perte de leur mère. Maintenant, ils regrettaient amèrement de ne pas avoir mieux pris soin d'elle, car ainsi, elle n'aurait peut-être pas l'air aussi fragile et sur le point de faire une crise de nerf à douze ans. Au bout de deux semaines à l'hôpital dans l'aile psychiatrique, Georgia montra des signes d'amélioration ; elle recommença à se nourrir toute seule et à répondre à des stimuli. Elle sortit définitivement de son état catatonique après six semaines. Ce fut comme si, l'espace d'une nuit, son cerveau avait décidé d'oublier toute la douleur qu'il avait ressenti, pas physiquement mais mentalement, au cours de ce dernier mois. Georgia les avait carrément oublié, elle ne se souvenait plus de rien, ni pourquoi elle était à l'hôpital, ni ce qui s'était passé il y avait un peu plus d'un mois. Les médecins trouvaient cela stupéfiant, et ils suggérèrent fortement aux jumeaux d'emmener la petite le plus vite possible hors de son environnement, avant que les souvenirs reviennent à cause d'éléments familiers. Caroline était en dernière année de littérature à Ole Miss' et elle vivait sur le campus, elle ne pouvait pas prendre Georgia. Timothy avait la vie plus légère à Los Angeles, il était en génie mécanique. Ce fut donc entendu que ce serait lui qui prendrait Georgia, et Caroline viendrait le rejoindre dès la fin de ses études, pour qu'ils puissent aider la petite à retrouver une vie normale. Si Georgia avait oublié l'événement qui avait tué son père, elle n'avait cependant pas oublié son absence, ni les remords qu'elle ressentait. C'était encore pire maintenant qu'elle devait partir parce qu'elle s'était convaincue que son père allait revenir, qu'il était parti par sa faute, mais qu'elle devait l'attendre.

Comme le médecin l'avait conseillé, Timothy s'installa avec Georgia devant une glace et se mit en devoir de lui expliquer la situation. Elle n'avait rien à se reprocher, mais leur père ne reviendrait pas. Il était mort. Cette affirmation déclencha l'alerte chez Georgia et les souvenirs trituraient son esprit pour revenir, mais Timothy s'empressa de les déjouer en lui relatant l'histoire qu'ils avaient monté avec Caroline et le médecin : elle était en voiture avec lui quand un chauffeur ivre les avaient happés. Elle avait eu une commotion cérébrale et ne se souvenait de rien, mais elle n'avait strictement aucuns remords à avoir : c'était la faute du chauffeur. La jeune fille décida qu'elle préférait cette version à celle que son esprit essayait de lui faire croire, alors elle fit le deuil de son père au soleil, sur les côtes de la Californie. La Nouvelle-Orléans lui manquait, mais Timothy lui promit de l'y emmener quand elle serait plus vieille, mais pour le moment, elle devait se concentrer sur le collège, et le lycée qui arrivait bientôt : ce serait des moments difficiles pour eux tous. S'il y avait eu un bon côté à l'amnésie presque totale de Georgia après la mort de son père, c'était qu'elle avait aussi oublié les mauvais traitements que lui avaient fait subir Caroline et Timothy. Pour elle, ils représentaient maintenant sa seule famille qui lui restait et elle s'accrochait à eux autant qu'eux se raccrochaient maintenant à elle. Ils avaient oublié depuis longtemps leur vieille rancune, et maintenant, ils s'efforçaient ― Caroline était venu les rejoindre en septembre, préférant terminer son université à Los Angeles avec son frère et sa petite soeur ― de la rendre heureuse et de bien l'éduquer, mais leur père avait déjà fait la plus grosse partie du boulot sur ce côté-là.

CHAPITRE TROIS : entre amour et amitié

« Carooo! viens vite! j'ai un problème! » Ladite Caro lâcha son roman et entra dans la salle de bain, où elle trouva Georgia assise sur le siège de toilette, les doigts rougis et les yeux brillants. Elle oscillait entre la joie, parce qu'elle était une femme maintenant, et la peur à cause du sang. Caroline s'empressa de sortir ce qu'il fallait à sa petite soeur de quatorze ans, tout en la rassurant. Elle lui parlait d'une voix douce, et cela eut l'effet escompté : en quelques minutes, les larmes disparurent du regard de Georgia pour n'y subsister qu'une fierté immense. Elle se leva les mains avec vigueur pour ôter toute trace de sang qui avait séché, et s'installa avec sa grande soeur dans sa chambre pour qu'elle lui explique, encore, ce qui se passait. Georgia savait bien que ses règles venaient de se déclencher, mais comme tout événement inhabituel dans sa vie, elle avait besoin de connaître tous les détails. Le résultat fut que Caroline dû la reconduire à l'école parce qu'elle avait raté le bus, mais elle réussit à ne pas arriver en retard. Georgia se forçait beaucoup à l'école, elle étudiait fort et faisait tous ses travaux, mais ses notes n'étaient pas les meilleures. Elle aurait aimé pouvoir exceller comme les autres dans quelque chose, mais le fait était qu'elle n'avait aucun talent particulier. Enfant plutôt renfermée sur elle-même, elle n'allait pas vers les autres et ceux-ci ne venaient pas vers elle parce qu'ils sentaient comme une espèce de barrière entre elle et eux. C'était peut-être dû à son passé, peut-être aussi parce qu'elle acceptait mal les imprévus ou ce qui arrivait sans qu'elle puisse les contrôler. Elle avait besoin de stabilité, et les amitiés collégiennes ne lui réussissait pas.

Néanmoins, avec sa nouvelle condition de femme, Georgia sembla s'ouvrir un peu plus aux autres, et elle se fit une première amie ; Wendy. Cette dernière vivait à Los Angeles depuis toujours, et elle initia Georgia à différentes activités ; cinéma entre filles, traîner au centre commercial, faire un bowling, etc. Plus elle passait du temps avec Wendy, plus Georgia devenait extravertie et joviale. Elle prenait confiance en elle et acceptait mieux que des choses, simples, arrivent sans qu'elle les aient prévues : Wendy qui débarque chez Tim et Caro et passe la soirée avec elle, Wendy qui lui ordonne de fermer les yeux pour lui offrir quelque chose, bref, de simples choses qui ne sont pas dangereuses mais qui, pour Georgia, veulent dire beaucoup. Même si elle a oublié le drame, Georgia n'a pas oublié la sensation totale d'être impuissante, de ne pas avoir le contrôle sur la situation, et était incapable de s'en remettre à une autre personne pour son sort, elle n'avait confiance qu'en Timothy et Caroline. Ce qu'elle ne vit pas, mais que les jumeaux virent, c'est la petite flamme qui brillait au fond des yeux de Wendy : il y avait plus que de l'amitié là-dessous. Est-ce que leur soeur saurait faire face à cela, en temps voulu? Ils décidèrent de la laisser faire, après tout, s'ils devaient toujours la protéger, elle n'apprendrait jamais et Wendy l'avait rendue si différente, peut-être que Georgia allait bien réagir, qu'elle aussi, au fond, ressentait la même qu'eux percevaient de Wendy? Ils s'étaient promis de ne pas intervenir, mais ils ne purent s'y résoudre.

« Georgia, j'ai quelque chose à te dire... » Wendy était assise sur un bout du lit, Georgia sur l'autre, et comme à leur habitude, elles faisaient leurs devoirs, mais comme à leur habitude aussi, elles n'avaient pas travaillé très longtemps et s'étaient plutôt mises à parler de tout et de rien. Georgia écoutait son amie, sa seule, ne se doutant pas que, de l'autre côté de la porte, Timothy avait l'oreille scotchée au bois et écoutait lui aussi. Georgia fronça les sourcils en voyant des larmes monter aux yeux de Wendy, et elle lui prit la main. « Ça va aller, Wendy, tu peux tout me dire. Je serai toujours là. » ses paroles qu'elle venait de lui dire étaient sincères, et Wendy le savait. Mais est-ce que Georgia saurait être là pour elle après ce qu'elle s'apprêtait à lui dire? Prenant une grande inspiration, Wendy se jeta à l'eau : « Georgia, je t'aime. ». Surprise par cette déclaration un peu étrange, Georgia ne parla pas pendant longtemps, puis l'idée fit son chemin dans sa tête et elle comprit. « Oh. Oh... » fut tout ce qu'elle réussit à dire, mais devant le désarroi de sa seule amie, Georgia fut prise de culpabilité. Qu'est-ce qu'elle pouvait répondre à cela? Elle aimait Wendy, bien sûr, mais pas de cet amour-là, elle l'aimait comme sa meilleure amie, comme sa soeur. Doucement, elle l'attira vers elle et la serra dans ses bras. De l'autre côté de la porte, Timothy trépignait d'impatience ; mais qu'est-ce qui se passait? Puis, il entendit sa petite soeur chuchoter : « Tu sais Wendy, tu vas toujours rester ma meilleure amie. » Ladite Wendy hocha simplement la tête, consciente qu'elle ne serait jamais plus. Avant qu'elle ait pu réagir toutefois, Georgia prenait son visage entre ses mains et l'embrassait, tout doucement. Wendy laissa son corps réagir à la place de son esprit, et elle noua ses bras autour de la taille de Georgia. À bout de souffle, elles se décollèrent. Georgia lui envoya un petit sourire en coin et lui dit qu'elle était désolée, mais Wendy secouait la tête en souriant aussi, elle n'avait pas à être désolée. Puis, elle lui demanda, trop bas pour que Timothy entende, ce que ça signifiait. Georgia haussa les épaules et répondit tout aussi bas que ça signifiait ce que ça signifiait : elles s'étaient embrassées. Wendy lui demanda alors si elles pouvaient recommencer, un de ces quatre, et Georgia lui dit que oui, qu'elle aimerait bien.

Leur amitié ne changea pas tant que ça, mis à part que lorsqu'elles étaient seules, il leur arrivait de s'embrasser. Elles se tenaient parfois la main, et elles dormaient toujours ensemble, mais elles ne pouvaient pas être qualifiées de couple. Wendy restait sa meilleure amie, et c'était par amitié plus que par réel attirance que Georgia faisait cela. Pourtant, elle aimait bien, car Dieu sait qu'elle n'est pas du genre à faire quelque chose qu'elle ne veut pas! Mais elles ont grandis et bientôt, Georgia développa un intérêt pour les garçons, et Wendy accentua le sien pour les filles. Elles restaient très proches, mais prenaient des directions différentes. Elles ne se séparèrent pas, comme nombre d'amitiés collégiennes, quand le lycée arriva. Elles évoluèrent plutôt côte à côte, chacune sur leur route parallèle à celle de l'autre. Ce furent les plus belles années de Georgia. Elle était littéralement transformée, elle était extravertie, enjouée et il ne restait plus trace de peur dans son attitude quand elle se retrouvait face à des situations imprévues. Wendy l'avait guérie, Timothy et Caroline s'en rendaient compte. Là où ils avaient échoués pendant plus d'un an, la meilleure amie de Georgia avait réussit en quelques mois. Loin d'être jaloux, ils étaient très reconnaissants envers elle et la traitaient comme de la famille. Grâce au métier de Timothy, qui travaillait comme ingénieur pour la compagnie Jeep, la famille Churchill put déménager du petit appartement d'étudiant, rendu trop petit pour trois personnes adulte, pour s'installer dans une belle villa juste derrière la plage, dans un des grands quartiers de Los Angeles. Ce déménagement permis à Caroline de quitter son jumeau, certes à regret, pour aller elle-même s'installer dans une maison voisine avec son fiancé. Ils sortaient ensemble depuis trois ans. Le fiancé était le meilleur ami de Timothy, et il avait conscience qu'il ne devrait jamais faire de mal à Caro, parce que non seulement il perdrait la femme qu'il aime, mais aussi son ami le plus cher, qu'il connaissait depuis le début de l'université. Georgia était contente, elle avait même un trampoline dans sa cour, mais surtout, une piscine. Elle commença à inviter des amis à la maison, et ça faisait plaisir à Timothy de la voir aussi épanouie, à croire qu'elle n'avait rien vécut de dramatique. Pourtant, à chaque anniversaire de leur père, elle s'assombrissait pour une journée entière, comme une horloge biologique.

Avec Wendy et quelques autres amies, Georgia était aux anges, elles parlaient souvent de garçons, mais parfois de fille, parce que Wendy n'était plus la seule lesbienne, il y avait aussi Marcy. Elles s'entendaient très bien ensemble, mais Georgia savait que ça n'irait pas plus loin, il n'y avait tout simplement pas de chimie entre elles. Elle, par contre, avec Jackson, son partenaire de sciences naturelles, il y avait une vraie attirance, mais elle était trop intimidée par son statut populaire pour lui proposer un rendez-vous. C'est lui qui le fit, en l'invitant au restaurant, toute seule. Pour cette occasion spéciale, elle se pomponna avec l'aide de Caroline : Georgia n'avait jamais été du genre à se maquiller cérémonieusement, ou à s'aplatir les cheveux tous les matins, elle était plus du genre au naturel, mais pour Jackson, elle voulait être resplendissante. Ses hanches naissantes moulées dans une belle robe d'été, Georgia eut l'effet désiré quand Jackson la vit après qu'elle ait ouvert la porte : ses yeux se mirent à briller de joie. Il lui tendit la main et elle glissa la sienne dedans, jetant un dernier vers l'intérieur, où Timothy regardait le dos de Jackson d'un air sévère tandis que Caroline avait les larmes aux yeux, enfin sa petite soeur de seize ans embrassait la vie! Le jeune homme s'engouffra dans la voiture de ses parents après avoir tenu la portière à Georgia. Il démarra tranquillement, conduisant prudemment jusqu'au coin de la rue, jusqu'à ce que Timothy ne puisse plus le voir.

Ensuite, il redevint le partenaire de sciences naturelles pour qui Georgia avait le béguin : il était charmant, drôle, enjoué et très, mais alors très sexy. Ils arrivèrent en moins de deux au restaurant et Jackson continua d'être aussi adorable, cela semblait si naturel entre eux. Georgia était aux anges, et quand il se pencha vers elle, pendant le dessert, pour essuyer un peu de chocolat sur le coin de sa bouche en l'embrassant, elle sentit des papillons virevolter dans son ventre. Ses lèvres glissèrent sur les siennes et un puissant choc électrique parcourut son échine. Elle savait pourtant ce que ça faisait d'embrasser quelqu'un, mais avec Wendy elle n'avait eu ce genre de frisson. Elle s'agrippa à la chemise de Jackson et prolongea leur baiser, jusqu'à la limite de la décence. Il se décolla en riant, mais ne lâcha plus sa main de la soirée. Quand Jackson eut payé l'addition au complet, il ramena Georgia chez elle et là, sous le porche dont la lumière était allumée, il l'embrassa de nouveau et cette fois, ce n'était pas pour le chocolat. Il glissa ses paumes chaudes sous sa chevelure qui cascadait sur ses épaules, cueillant son visage entre ses mains, il approcha le sien et tendrement, pressa ses lèvres contre les siennes. Georgia ne fit pas preuve d'autant de retenue, et elle se hissa sur la pointe des pieds, avide de plus, crochetant le cou du jeune homme pour prolonger leur baiser. Ses doigts s'éparpillèrent dans ses cheveux courts et elle se décolla de lui lorsque la lumière se mit à clignoter, pantelante et les joues enflammées. Elle s'excusa, mais Jackson déposa un rapide baiser sur ses lèvres pour la faire taire, et il lança un joyeux « Bonsoir monsieur Churchill! » avant de retourner à sa voiture. De là, il lança un dernier baiser à Georgia, puis s'en alla dans la nuit.

Caroline voulait tous les détails, mais Georgia était trop épuisée, elle lui promit de tout lui raconter le lendemain et monta directement se coucher, sous la mine déconfite de sa grande soeur. Là-haut, elle enfila son pyjama préféré et se glissa sous les couvertures, la tête toute légère et remplie de l'image de Jackson. Elle était heureuse. Complètement et simplement heureuse. Georgia regarda l'heure, il n'était que 22h et des poussières, et elle savait que Wendy allait être encore debout à cette heure-là, alors elle décida de l'appeler. Elle avait besoin de sa meilleure amie. Elle attendit cependant que sa soeur soit repartie, pour ne pas la blesser ; elle devait penser qu'elle allait être la première au courant, puis elle parla pendant presque deux heures au téléphone avec Wendy. Elle lui raconta tout en détail, chaque sensations, chaque émotions qui lui avaient traversé l'esprit, chaque pensées et surtout, chaque frisson. Wendy souhaita tout le bonheur du monde à son amie, mais dans sa voix, il y avait un peu de tristesse. Cela voulait dire qu'elle ne la verrait plus aussi souvent et surement aussi qu'elles allaient arrêter de s'embrasser. Soit, si ce Jackson pouvait rendre Georgia heureuse, elle acceptait avec dignité de cesser ce qui avait commencé en dernière année de collège. Après tout, elles pouvaient toujours rester les meilleures amies du monde sans pour autant continuer leurs petits échanges secrets? Wendy posa timidement la question à son amie, et celle-ci rétorqua qu'elles pourraient continuer, peut-être moins souvent, mais ça ne voulait pas dire qu'elles devaient arrêter, ça lui plaisait bien et puis, elle devait continuer de se pratiquer à embrasser, pour ne pas faire honte à Jackson. Georgia lui souligna aussi qu'elle devait continuer à se pratiquer, elle pouvait rencontrer la fille de ses rêves n'importe quand! À cette phrase, Wendy éclata de rire, parce que pour elle, c'était Georgie la fille de ses rêves, mais elle ne refusait personne, seulement, il allait falloir que cette fille soit vraiment magique pour la faire décrocher de son premier amour.

CHAPITRE 5 : des vacances périlleuses

Pour son dix-septième anniversaire, Georgia avait demandé à partir un week-end entier, en vacances à la Nouvelle-Orléans. Toute seule avec quelques amis. Timothy, de peur que cette visite ravive des souvenirs qu'elle n'avait plus, lui opposa huit jours en Caroline du Sud, à faire de la plage et à danser toute la nuit dans la discothèque de l'hôtel. Georgia marchanda seize jours, et fit céder son frère à quelques cocktails alcoolisés même si elle n'avait pas l'âge. Ils partiraient avec Caroline et son mari depuis peu. Georgia essaya de faire venir Wendy aussi, mais Timothy était catégorique : un peu de temps en famille ne leur ferait pas de tort. Comme elle était obéissante et qu'elle comprenait aussi la décision de son frère, elle n'insista pas, mais fut déçue de ne pouvoir emmener sa meilleure amie avec elle. Ils avaient décidé de partir en mai, pour que Georgia puisse quand même fêter son anniversaire avec ses amies. Et pour fêter, elle a fêté, surtout avec Jackson.

La plus grande crainte de Timothy était que sa petite soeur fasse des choses qu'elle ne voulait pas faire, pressée par son petit copain, mais il n'avait rien à craindre de Jackson. C'était lui qui subissait les pressions de Georgia, prête à aller plus loin et très volontaire pour faire les premiers pas, mais le jeune homme très catholique avait une bague de chasteté : pas avant le mariage. Ça ne les empêchait pas de s'embrasser langoureusement, de se tenir la main ou de dormir collés l'un contre l'autre, mais dès qu'elle faisait mine de le déshabiller, Jackson lui prenait les mains doucement mais fermement et ils faisaient une nouvelle activité. Georgia était très frustrée, et elle en parlait sovuent à Wendy, qui ne comprenait pas non plus. Leur amitié avait prit un nouveau tournant depuis que Wendy, comme l'avait prédit Georgia, avait trouvé chaussure à son pied ; une étudiante en art qu'elle avait rencontré à une exposition de son peintre californien préféré. Elle avait traîné Georgia là-bas et avait tout de suite craqué pour la grande blonde. Son amie l'avait poussé vers elle, l'encourageant à aller lui parler, et on pouvait sentir le courant qui s'installait entre Wendy et elle. Bien que Georgia se fut sentie un peu délaissée au début de leur relation, elle se disait que Wendy avait du ressentir la même chose quand elle avait commencé à sortir avec Jackson, et puis, le bonheur que son amie respirait était si beau à voir que ça valait la peine d'être seule plus souvent. Elles avaient arrêté définitivement de s'embrasser, elles n'avaient plus besoin de la chaleur des bras de l'autre, elles avaient chacune la leur maintenant, mais elles s'adoraient toujours autant et chaque fois qu'elle se voyaient, c'était la fête. Wendy, en plus, n'était pas en couple avec une catholique qui attendait d'être mariée, heureusement pour elle, parce que son amie avait découvert une activité qu'elle aimait beaucoup dans son nouveau statut de petite copine.

Ce fut donc durant le premier week-end de mai que Georgia, Timothy, Caroline et Mark, le nouveau mari, s'embarquèrent dans leur premières vacances en famille. Ils ne s'attendaient pas à ce que ces vacances viennent chambouler tout de celle qu'ils pensaient connaître. Ils s'embarquèrent pour quelques heures de route dans la camionnette de Timothy Lorsqu'ils arrivèrent à l'hôtel, Georgia se décréta la fêtée et la reine de ce séjour, alors elle monta directement à la chambre qu'ils lui avaient prise, pour se changer et attaquer la piscine. Les adultes montèrent donc les bagages et rejoignirent Georgia, qui étiat en grande conversation avec un jeune homme. Timothy en fronça les sourcils, mais il ne dit rien, surtout que sa jumelle lui lança un regard très significatif. C'étaient les vacances de Georgia, il n'était là que pour assurer sa sécurité, il devait lui laisser du mou un peu. Timothy se répéta cela en allant s'installer sur un transat, et il s'y endormit tranquillement, bercé par la chaleur du soleil qui tapait sur son corps un peu blanc. Lorsqu'il se réveilla, toutefois, la panique s'empara de lui : caroline et Mark n'étaient nuls part en vue, mais surtout, Georgia n'était plus sur son transat, de l'autre côté de la piscine. Le jeune homme y était encore, alors il se rassura un peu : elle devait être partie avec Caroline pour faire des emplettes, et Mark était parti se chercher quelque chose à boire ou à manger. En voyant le couple revenir, avec une crème glacée à la main, Timothy écarquilla les yeux : Georgia n'était pas avec eux? Le couple mentionna qu'ils l'avaient vue partir vers le parc et aussitôt, Timothy se levait pour partir à sa recherche. Caroline lui ordonna de rester assis, et de mettre de la crème solaire, parce qu'il ressemblait à un homard, qu'elle allait revenir bientôt. Elle lui rappela ce qu'il lui aviat promis, et à contrecoeur, Timothy s'exécuta. Il se tordit néanmoins le cou pendant plus de deux heures pour essayer de l'apercevoir, mais rien n'y fit.

Georgia réapparut pour le souper, et elle refusa de lui dire où elle était allée, se cantonnant à des « Oh, j'ai marché, je suis allée sur la plage...des trucs banals quoi. » qui rendait Timothy fou. Le lendemain, ce fut pareil. Au bout de trois jours, Timothy la questionna franchement, lui disant qu'elle pouvait tout lui dire, qu'il ne se fâcherait pas, qu'il était juste inquiet, et elle lui lâcha alors « Bon, d'accord. J'ai rencontré quelqu'un. Voila, c'est tout ce que je peux te dire. » Et puis, elle s'enfuit avant qu'il n'ait le temps de la retenir. Timothy raconta cela à sa soeur, et celle-ci haussa simplement les épaules en le rassurant : ça ne durerait que le temps des vacances, et après elle l'oublierait et reviendrait à sa vie normale. Mais Georgia n'était pas prête à retourner à sa vie normale, pas du tout, car le quelqu'un qu'elle avait rencontré, c'était un professuer à l'université de Los Angeles, il enseignait la philosophie. Âgé de trente-neuf ans, il avait l'âge d'être son père, mais il s'était installé entre eux une chimie instantanée. Il était marié, et était en vacances avec son fils, le jeune homme à qui elle avait parlé la première journée. Georgia était mature pour son âge, et elle savait très bien dans quoi elle s'embarquait, mais elle ne voulait pas laisser passer l'occasion de faire avec cet homme charmant et très séduisant selon elle ce que Jackson lui refusait. Ce ne fut que le septième jour, toutefois, qu'il lui proposa de monter à sa chambre d'hôtel. Ils étaient installés dans leur petit coin tranquille, comme depuis le début de leur pseudo-relation ― ils s'étaient à peine donnés un ou deux rendez-vous, et ne s'étaient pas encore embrassés ― à l'abri des regards indiscrets. Georgia avait accepté, et lui prenant la main ― la différence entre sa paume à lui ; large et épaisse, était flagrante avec la sienne ; menue et mince ― elle se laissa guider.

Une fois le loquet enclenché, Georgia ne put contenir plus longtemps ses envies, et elle accula l'homme derrière la porte, se hissant sur la point des pieds pour atteindre ces lèvres qu'elle désirait depuis une semaine. Elle noua ses bras autour de son cou, et elle laissa la soulever de terre, ses deux paluches couvrant entièrement ses fesses. L'adolescente laissa échapper un petit gémissement de surprise quand, sa main glissant sur son épaule, elle découvrit que sous son t-shirt large et peu flatteur, il y avait des muscles fermes et définis. Aussitôt, une flamme nouvelle s'est allumée dans son bas-ventre et ses doigts trouvèrent rapidement le chemin vers sa peau nue. Ils se retrouvèrent bien vite presque complètement nus, étendus sur le grand lit double, et quand il sortit un petit sachet de sa table de nuit, le sourire de Georgia redoubla de largeur et ses mains semblèrent savoir d'instinct ce qu'elles devaient faire. Bien sûr, elle ne lui avait pas dit que c'était sa première fois, mais il s'en rendit vite compte quand malgré le plaisir qu'elle ressentait de voir son corps nu et de sentir sa chaleur l'écraser, elle grimaça de douleur à son premier coup de rein. Aussitôt, il s'arrêta, suspendu au-dessus de son visage en s'appuyant sur ses avant-bras. Elle lui assura que oui, mais il se retira, et roula sur le côté en jurant, l'air désespéré. « Tu es vierge! » lâcha-t-il quand elle le regarda sans comprendre son désarroi. À sa réplique, elle lui lança un nouveau regard interrogateur, et lui répondit : « Et alors, je l'étais, je le suis plus maintenant, c'est passé, merci à toi. » Il soupira et s'assied sur le lit, commençant à rapatrier ses affaires. Georgia, prise de panique, ne voulait pas qu'il la laisse comme ça. Elle se pressa contre son dos et, à force de cajoleries et de petits mots doux, elle réussit à le convaincre de rester avec elle. Elle souligna que puisqu'il avait déjà pris sa virginité, autant qu'il le fasse comme il le fallait. Ça finit par le faire rire, et il accepta l'idée de ce qui venait de se passer, après tout, quelle différence cela faisait-il qu'elle soit vierge ou pas? Georgia eut donc ce qu'elle voulait depuis longtemps avec Jackson, dans les bras d'un autre. Elle devait cependant retourner dans sa chambre d'hôtel avant que Timothy ne s'inquiète plus, mais selle promit de revenir le lendemain, au même endroit où ils étaient l'après-midi. Lui hocha la tête, très content.

Et leur petite manège continua, chaque jour Georgia s'éclipsait de Timothy, peu importe ce qu'il faisait pour la garder, et elle s'arrangeait pour le semer, puis retournait à leur cin secret, où elle rencontrait son bel amant. Ensuite, ils montaient en catimini dans sa chambre d'hôtel et là, à l'air climatisé, les rideaux tirés et les lumioères tamisées, ils faisaient l'amour jusqu'au soir. Georgia n'en avait jamais assez, elle qui avait tant et tant attendu ce moment, elle en profitait jusqu'aux premiers signes de coucher du soleil, puis elle quittait à regret l'homme et retournait voir Timothy, qui n'avait de cesse de la questionner. Mais elle tenait bon, jusqu'à ce que, l'avant-dernier jour, Georgia manque de prudence, pensant que Timothy avait abandonné. Ceelui-ci la suivit jusqu'à son endroit secret, et en voyant cet homme plus vieux que lui embrasser sa petite soeur, il sortit de sa cachette et, visant d'assez loin, envoya son poing à la figure de l'inconnu. Georgia cria et Timothy pensa qu'elle s'en faisait pour lui, alors il lui fit un signe de la main, mais elle agrippa son poignet et le lui tordit brusquement en lui criant, la voix venimeuse : « Timothy! Va-t-en d'ici! Tout de suite! Comment as-tu osé me suivre! Et le frapper! » Elle le repoussa violemment et, hébété, Timothy tituba vers l'arrière. Elle se jetta sur l'homme, l'air désespérée, et l'aida à se reprendre en main, parce que Timothy y avait mis toute sa force dans ce coup de poing. L'amant de Georgia regarda son frère, puis secoua la tête. Prenant les mains de sa douce entre les siennes, il bougea la mâchoire pour s'assurer qu'elle tenait, puis lui dit d'une voix douce : « C'est rien ma belle, va, je pense que vous avez des choses à vous dire. Tu sais où me trouver avant de partir... » Timothy le repoussa sèchement d'une main sur la poitrine quand il fit mine de se pencher vers l'avant pour l'embrasser une nouvelle fois, mais Georgia lui lança un regard noir et griffa son avant-bras en arrachant sa paume de sur le t-shirt de celui qu'elle aimait, puis elle se hissa sur la pointe des pieds pour l'embrasser langoureusement, enroulant même une jambe autour de sa taille pour être bien certaine que Timothy comprenne la situation. De toute façon, elle se savait dans de beaux draps, mais elle s'en foutait bien, elle avait eu les meilleures vacances de sa vie grâce à lui. En jetant un dernier regard à son amant, Georgia se retourna finalement vers Timothy, dont la mâchoire traînait par terre tellement il était choqué. Elle roula des yeux, insensible à la colère qui grondait sous la surprise, et lui lança d'une voix très froide : « Peu importe ce que tu diras, je l'aime. Il vit à LA, je vais continuer de le voir. Quand on va revenir, je vais laisser Jackson, lui m'offre ce que Jackson m'a toujours refusé. Ça fini là. Tu peux être fâché, me jeter dehors, je m'en fous, je l'aime et il m'aime, c'est tout ce qui compte. »

S'en suivit un énorme débat, surtout quant à la différence d'âge de plus de vingt ans entre eux deux, et aussi du fait que lui était marié. Georgia tenait cependant son bout avec une telle force que Timothy ne put tirer d'elle qu'une promesse : qu,elle se protégeait. Elle l'invectiva : pour qui la prenait-il? Et de cela découla une nouvelle dispute, parce que depuis quelques temps, Timothy sentiat qu'il la perdait, qu'elle n'était plus sa petite soeur qu'il avait connue, qu'elle s'en allait sur des chemins très peu glorieux. Elle lui claqua la porte au nez et refusa de lui parler jusqu'au retour à la maison. Même Caroline ne put rien faire devant son mutisme borné, et elle se résigna à attendre, tout simplement, pour réparer les dégats. Timothy était très protecteur, et elle saviat uq'un jour ou l'autre, maintenant qu'il n'avait plus à la protéger elle, cela allait retomber sur Georgia. Mais Georgia n'avait pas besoin d'être protégée, elle était forte, plus forte que ce que son jumeau pensait, et elle était faite pour les épreuves difficiles.

CHAPITRE 6 : la réalité fait parfois mal

À l'aéroport, Jackson l'attendait, avec un bouquet de roses blanches et des étoiles pleins les yeux. Georgia n'eut pas le courage de lui dire que c'était fini entre eux. Elle coula un regard à Timothy, le suppliant de ne rien dire, et il fit simplement une moue dégoutée, avant de marcher au devant d'eux. Après quelques jours, Georgia pensa avoir trouvé le courage d'annoncer à Jackson qu'elle le laissait, mais elle n'avait pas eu de nouvelles de son amant, et elle ne voulait pas se retrouver toute seule, parce que même si elle n'aimait plus vraiment Jackson, elle pouvait au moins profiter des moments passés avec lui, parce que ça lui permettait d'attendre le retour de son homme. Quand elle reçut finalement son coup de fil, elle quitta précipitamment Wendy, sans lui dire où elle allait, et retrouva son amour de vacances dans un petit hôtel sur le bord de l'autoroute. Elle passa la nuit avec lui, et le lendemain, il alla la reconduire à l'école. Parce que le retour des vacances signifiait aussi le retour à la réalité, et celle-ci incluait le lycée, malgré elle. Ils étaient discrets, et ce fut bien la première chose que Georgia cacha à Wendy. La première, mais pas al dernière. Elle continua de voir Jackson, parce qu'elle pouvait ainsi patienter en attendant que son amant n'ait du temps pour elle. Puis, elle commença à fumer, ce qu'elle cacha aussi à son amie, parce qu'elle savait que celle-ci avait horreur de la cigarette. Elle lui cacha aussi qu'elle mentait à Timothy chaque fois qu'elle allait retrouver son amant en lui disant qu'elle était chez elle. Gweorgia ne vivait plus que pour ses rencontres sporadique avec son amant, mais il lui assurait que bientôt, il allait quitter sa femme, et que dès qu'elle serait majeure, ils se marieraient et emménageraient ensemble. Il laisserait son fils à sa mère, de toute façon ils n'avaient jamais été proches, et il lui ferait vivre la belle vie.

Puis, un soir, Caroline tomba dans les escaliers, et comme elle était enceinte, Timothy appela tout de suite l'ambulance. Mark était partit pour la soirée, et il savait que Georgia devait rentrer dans la soirée, et il ne voulait pas qu'elle s'inquiète. Alors il téléphona chez Wendy, et celle-ci lui dit qu'elle n'avait pas vu Georgia en dehors de l'école depuis son retour de Caroline du Sud. Timothy fut doublement inquiet, mais il avait une petite idée de l'endroit où elle pouvait être, ou du moins avec qui. Lorsqu'elle rentra, le lendemain matin ― c'était un vendredi soir qu'elle était partie ―son grand frère l'attendait, bien décidé à la remettre dans le droit chemin. Elle fut privée de sortie, et Wendy refusa de lui parler pendant plus de deux semaines. Jackson aussi appris le pot aux roses, et il coupa définitivement les ponts avec elle. De toute façon, à la fin du lycée, il partait étudier en Alaska. Timothy filtrait tous les appels sur son portable et lorsqu'il piégea enfin celui qu'il voulait avoir, sa colère fut terrible. Caroline perdit le bébé, et Georgia s'en voulut énormément, mais trop pleine d'orgueil depuis le début de son aventure, elle refusa d'admettre quoi que ce soit, et cela échauffa sa relation avec Timothy, de plus en plus conflictuelle. Il la gardait sous sa férule avec la menace de l'envoyer dans un camp pour jeunes rebels, mais plus il voulait la faire courber l'échine, plus elle nourrissait une haine féroce envers toute forme d'autorité. La fin de son lycée marqua le début de sa rébellion, et elle ne se présenta pas à la remsie des diplômes, retardant tout le processus tandis qu'on la cherchait. Elle réapparut quelques jours plus tard, pour venir faire son sac. Son départ fut brutal et surtout, très bruyant. Tout le quartier entendit Timothy et elle se hurler dessus et s'envoyer des injures. Juste avant de partir, au volant d'une voiture qu'il avait fait l'erreur de lui offrir en cadeau de graduation avant qu'elle ne soit diplômée, elle lui lança la voix pleine de colère : « Et surtout, j'espère que tu ne veindras pas me voir de si tôt! Je te déteste, Timothy! » puis elle démarra en trombe, faisant crier les pneus sur l'asphalte.

Ils ne se sont pas reparlés depuis, ou presque. Georgia refuse tous ses appels, toujours remontée contre lui, mais surtout trop orgueilleuse pour avouer qu'elle s'ennuie de son grand frère. Elle a recommencé à voir son amant, puisqu'il est son professeur de philosophie depuis trois ans à l'université. Elle a choisi médecine parce qu'elle veut sauver des vies, et elle a les notes pour, mais pas l'Attitude. L'université lui a plusieurs fois donné des avertissements sur son comportement, et elle est à la limite de se faire jeter dehors parce qu'elle est insubordonnée et irrespectueuse, rien du comportement d'une future médecin. Elle a gardé contact avec Caroline, qui ne lui en veut pas du tout, masi elle trouve dommage que sa relation avec Timothy se soit autant dégradée, et elle espère qu'elle se réconciliera bientôt avec lui, parce qu'elle n'a pas envie d'être l'intermédiaire entre eux pendant le reste de leurs jours. Si Georgia fait des efforts de caractère en classe pour pouvoir rester à l'université, entre elle et son amant, c'est de plus en plus échauffé, parce que ça fait maintenant trois ans qu'il lui promets qu'il va quitter sa femme bientôt. Elle est amoureuse de lui par-dessus la tête, mais elle en marre de n'avoir que cinq minutes, entre deux cours, ou d'être confinée au derrière de sa voiture ou à son bureau, quelques soirs par mois. Elle a envie d'une relation, d'une vraie,e t elle sait que lui aussi l'aime, mais ce qu'elle ignore, c'est combien de temps encore elle va accepter de continuer comme ça, à n'être que sa maitraisse.


Pseudo : Bianca aka Playing With Fire
Age : 17 ans
Comment es-tu arrivé(e) ici ? Arya ;)
Un avis sur le forum ? Je l'aime beaucoup Razz
Une suggestion pour l'améliorer ? Me valider très vite (a)
Présence par semaine : 2-3/7
Code du règlement : OK par Yelena


Dernière édition par Georgia Churchill le Lun 4 Juil - 23:27, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet C. Davenport
JULIET ; - Fucking Perfect !

avatar

♣ Messages : 900

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 5:25

Welcome, merci pour ton inscription & bon courage pour ta fiche déjà bien entamée xD

_________________

    ❒Single ❒Taken ✔ Regularly fucking with Noah T. Williams
    ROMÉO & JULIET ♥️ Je hais ta façon de me parler et la couleur de tes cheveux. Je hais ta façon de conduire et de me regarder dans les yeux. Je hais tes stupides bottes d’armée et ce que tu devines en moi. Je te hais au point d’en crever et même de te tuer parfois. Je hais ta façon d’avoir raison, tes histoires inventées. Je te hais quand tu me fais rire, d’avantage quand tu me fais pleurer. Je te hais quand tu n’es pas là et que tu es dieu sait où. Mais je hais surtout de ne pas te haïr, ni un seul instant, ni une seule minute, ni même du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 8:30

Mercii ^^ j'avais de l'inspiration et j'aime pas poster des fiches vierges héhé XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena A. Nygård
Bathory ♦ the last with pagan blood

avatar

♣ Messages : 838

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 10:13

Kristen Stewart Cute
Bienvenue parmi nous et bon courage pour la suite de ta fiche!

_________________
♠ They speak of love and tolerance, they thrive on people's ignorance, to make you all Slaves of Fear. They feed on your anxiety to build their dead society, they've kept you down for a thousand years. Your minds are restrained, obedience is the chain. They've locked you up and thrown away the key. Your souls are for sale, and you're the ones who pay but still, you'll never be set free. ♠
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 10:14

YELLLIIIIIII <3
tu me reconnais pas ?
En plus, je suis venue que pour toi ! YEAH
c'est willow de greek =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena A. Nygård
Bathory ♦ the last with pagan blood

avatar

♣ Messages : 838

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 10:16

OMG je n'avais pas regardé le pseudo!!! Alors là je suis vraiment trop TROP contente et j'ai encore plus hâte de lire ta fiche en entier Coeur Hug

_________________
♠ They speak of love and tolerance, they thrive on people's ignorance, to make you all Slaves of Fear. They feed on your anxiety to build their dead society, they've kept you down for a thousand years. Your minds are restrained, obedience is the chain. They've locked you up and thrown away the key. Your souls are for sale, and you're the ones who pay but still, you'll never be set free. ♠
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 10:17

Hey hey ^^ Arya m'a dit que tu me réclamais à cause de notre ancien lien superman en plus, il pourra re-fonctionner ici, mais encore plus compliqué! Eek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena A. Nygård
Bathory ♦ the last with pagan blood

avatar

♣ Messages : 838

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 10:19

Évidemment que je te réclamais :slup: super pour notre lien, j'aime les choses compliquées hehe :)

_________________
♠ They speak of love and tolerance, they thrive on people's ignorance, to make you all Slaves of Fear. They feed on your anxiety to build their dead society, they've kept you down for a thousand years. Your minds are restrained, obedience is the chain. They've locked you up and thrown away the key. Your souls are for sale, and you're the ones who pay but still, you'll never be set free. ♠
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 10:21

Voila voila, juste pour dire que je flood pas ; une nouvelle partie a été ajoutée (a)
Yellichou, c'est suuuuper alors, tu verras je pense que tu vas comprendre d'où viendra le "compliqué" quand je serai plus loin XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 891

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 12:06

Bienvenue parmi nous YEAH
Et bon courage pour la fin de ta fiche^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 249

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 12:11

Bienvenue :slup:
J'adore le prénom choisi Cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blondiesweety.e-monsite.com/

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 13:32

Merci Noah ^^
Elixir ; et moi j'Adore le tien, et puis tes études archéologie big eyes c'était soit ça soit médecine xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 249

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 13:57

MDR sur ces entre-faits j'exige un lien une fois validée Hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blondiesweety.e-monsite.com/

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 14:06

Avec plaisir :slup:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 225

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 14:27

Bienvenue miss x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 16:11

Ton spoiler XDD
Merci ^^

Nouvelle partie ajoutée! Il me reste environ 4 chapitres héhé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 225

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 16:12

MDR il t'a marqué hein xDDDDD
4 Chapitres Oo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 16:14

Effectivement, il m'a marqué XD Ouais, 4 chapitre et celui-ci est pas tout à fait terminé superman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 332

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 16:40

Bienvenue beauty! :slup:

_________________
    ♣ So here we are, I’m in your head. I’m in your heart. You were told to run away, soak the place and light the flame. "Pay the price for your betrayal, your betrayal". I was told to stay away, those two words I can’t obey ♣
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/blog.html

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 16:45

Oh hey sexy slurp mdrr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 79

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 17:10

Bienvenue! Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://californian-dream.1fr1.net/t117-lynn-in-wonderlandtumblrc

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 17:12

Mercii :) Bon sang de bonsoir, y a du beau monde ici :slup:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 332

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 17:39

Georgia Churchill a écrit:
Oh hey sexy slurp mdrr

Oh oui Hihi Pelle
Va nous falloir un lien à nous deux schexy!!

_________________
    ♣ So here we are, I’m in your head. I’m in your heart. You were told to run away, soak the place and light the flame. "Pay the price for your betrayal, your betrayal". I was told to stay away, those two words I can’t obey ♣
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/blog.html

♣ Messages : 34

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 18:08

MDR :) nous faudra un lien alors 8)

Et voilaaa! Chapitre 4 terminé! Attention, le Chap. 5 c'est pas pour les enfants Eek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena A. Nygård
Bathory ♦ the last with pagan blood

avatar

♣ Messages : 838

MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   Lun 27 Juin - 18:49

J'aime bien quand tu nous postes des teasers Razz personnellement j'attends que tu ais tout écrit avant de me lancer dans la lecture mais j'ai hâte hihi

_________________
♠ They speak of love and tolerance, they thrive on people's ignorance, to make you all Slaves of Fear. They feed on your anxiety to build their dead society, they've kept you down for a thousand years. Your minds are restrained, obedience is the chain. They've locked you up and thrown away the key. Your souls are for sale, and you're the ones who pay but still, you'll never be set free. ♠
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crushcrush.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You're my little dark dynamite ♪ | Georgia   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're my little dark dynamite ♪ | Georgia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✿ Californian Dream :: Welcome to Los Angeles :: Présentations & Scenarii :: Bienvenue parmi nous !-